Cher Pèlerin! Soit le bienvenu à
L’ARCHE DU SEIGNEUR !
L’église Notre-Dame Reine de Pologne à Cracovie-Bieńczyce fût construite entre le 1967 et le 1977 suivant le projet et sous la direction de l’architecte Wojciech Pietrzyk. L’église a été bâtie dans des conditions extrêmement défavorables de la ville socialiste « sans Dieu », dans lequel il n'y avait pas de place pour les églises. Elle était construite dans le système économique, comme les cathédrales médiévales, avec une pelle, pioche, charrettes paysannes et des brouettes. Selon l'intention de l'investisseur (le curé Józef Gorzelany) et son architecte, l’immeuble par sa forme et l'accumulation d'éléments ayant une signification symbolique se réfère et montre l'arche de Noé biblique. Appelée l’Arche du Seigneur elle est un signe de la victoire de la société Nowa Huta dans la lutte avec « l’inondation » par le régime totalitaire de la République Populaire de Pologne et donc un symbole de salut et de refuge contre l'inondation de l'incrédulité et le programme de l'athéisation. Le cardinal Karol Wojtyła a consacré l'église le 15 mai 1977 en lui donnant l’appel de Notre-Dame Reine de la Pologne.

CROIX – MÂT AVEC LA COURONNE
La Croix de Mogiła et la Croix de Nowa Huta se sont inscrites dans l’histoire de Nowa Huta, héroïquement réclamées par les habitants de la ville en 1960. L’église – bateau est couronnée par la Croix – Mât en acier et de 68 mètres de hauteur (encrée sur la profondeur de 14 mètres au-dessus de la terre). Elle représente le principal élément constructif du temple sur laquelle repose les parois latérales inclinés et sur laquelle est posée la charpente métallique du toit. Sa pose a eu lieu à mi novembre 1976. La Croix est couronnée par une couronne en acier dorée qui indiquent le caractère marial de l’église.

MURS DE L’ÉGLISE
Les quatre murs en béton armé de l’Arche du Seigneur représentent un unique projet de construction. Ils atteignent la hauteur de 30 mètres et 30 centimètres d’épaisseur. Leur élancement est d'un à cent, presque autant qu'une feuille de papier. Tous les murs sont inclinés et suivant le concept de l'architecture ils représentent quatre voiles. Sous la Croix – Mât se trouve le mur le plus « risqué » de qui est « suspendu ». Il repose à une extrémité sur la fondation et à l’autre sur le mât. Sa forme ressemble à un fond tronqué de la voile. La façade extérieure des murs est constitue des galets originaires de rivière polonais, et à l’intérieur les murs sont recouverts du plâtre gris rugueux.

TOIT
L'élément le plus caractéristique de l'Arche du Seigneur est le toit. Il a la forme d'un grand bateau avec de hauts côtés bordés de mélèze, bien conservé avec et le galet mis en place « sur le recouvrement ». La forme du Toit – Bateau a été profilée par les planches de bois, et sont intérieur est garni de feuilles de tôle ondulée, isolé avec la mousse de polystyrène et recouvert de béton. En 1975, le toit a été recouvert de « ruberiode » - variante suisse de papier goudronné. Le bassin de toit est profond et protégé contre la neige avec un système de chauffage et de drains d’évacuation à grande section transversale. Le bâtiment L’Arche du Seigneur, de même que l'Arche de Noé qui a survécu à l'inondation, est un symbole de la victoire de la société de Nowa Huta sur le totalitarisme. Ce Bateau Église, qui a sauvé les habitants de Nowa Huta de l'inondation de l'athéisme. Et le bois, dont est construit ce bateau symbolise la croix du Christ.

CROIX - ANCRE
Au toit au-dessus de la mezzanine est suspendue la Croix – Ancre. La croix brun est composée dans les bras foncés de l’ancre – des vestiges de la croix endommagée qui avait fait objet des combats en 1960 et qui a été remplacée par une nouvelle le 1 mai 1972. L’ancre est le symbole de la croix, le symbole de la persévérance dans la foi, de la confiance dans les temps des orages et des persécutions et de la croyance chrétienne en salut.

GOLGOTHA DE NOWA HUTA
Sous le mur voile de l’Arche du Seigneur, reposant sur la croix-mât, au-dessus de la Chapelle de Réconciliation, dans l'espace triangulaire, dans lequel le support représente le « bas-fond » sur le quel l’Arche de Noé s’était posé et qui symbolisé par des galets, la Golgotha de Nowa Huta a été installée.
Elle est constitué d’une statue en pierre du Christ Homme des Douleurs, entourée d'une couronne d'épines avec des barres d'armature en acier noir, et un ensemble des plaques en platines suspendu à une structure métallique, portant les noms de 20 habitants de Bieńczyce qui sont morts en 1939-45 pour la Patrie.

CLOCHES
Huit cloches sont suspendues sur une longue poutre en béton armé devant l’entrée à l’église – un cadeau des catholiques néerlandais. Les cloches constituent un petit carillon et sonnent toutes les heures de 06h00 à 21h00. À commande électronique, elles sont conçues pour « jouer» 89 mélodies religieuses pour des périodes particulières de l'année liturgique. Elles ont été coulées en 1975 par la fonderie royale néerlandaise Royal Bell Foundry Petit & Fritsen à Aarle-Rixtel, et suspendues à l'automne 1976. Elles portent les noms des personnes les plus impliquées dans la construction de l'église, et notamment: Karol Wojtyła, Józef Gorzelan, Bruno Gryk, Lonny Glaser, Stanisław Biela Wojciech Pietrzyk, Jan Norek, Antoni Pietraszak.

CHEMIN DE CROIX DE RUDOLF KOLBITSCH
À droite de l’entrée à la Grotte, « sous les cloches », dans les niches du mur en pierre, on retrouve six bas-reliefs de même taille, gravés en panneau d’acier, du Chemin de croix de prof. Rudolf Kolbitsch d Linz. Les autres stations ont été installées dans les niches du mur en pierre de la Grotte de Notre Dame de Fatima. En 1976 le professeur Kolbitsch avait créé le Chemin de croix pour l’église paroissiale à Nowa Huta et l’a offert à la paroisse par l’intermédiaire du cardinal Karol Wojtyła.

MONUMENT «JEAN-PAUL II – VENT DE L’ESPOIR»
Sur de larges marches de l’escalier de la Place de Fatima, on retrouve le monument « Jean-Paul II – Vent de l’espoir », l’œuvre de l’artiste italien Carlo Balljan. Ce monument est un symbole de la reconnaissance et de la gratitude pour Jean-Paul II offert par les Italiens au cardinal Stanisław Dziwisz. Le cardinal Dziwisz l’avait transmis à l’Arche du Seigneur et l’a baptisé pendant la cérémonie de l’inauguration le 16 octobre 2009.

INTÉRIEUR DE L’ÉGLISE
L'église est une église à une nef avec une mezzanine de 1300 mètres carrés. Il peut accueillir simultanément environ 6 milles de fidèles. Il a sept entrées. Le sol a une légère pente vers l'allée et est bordée de feuilles non coupées de marbre rare vert la rayure blanche provenant de la carrière située au pied du Mont Blanc. Il symbolise les eaux de déluge sur lesquelles naviguait au port Arche biblique. Le plafond est le fond du bateau en mélèze-bardeau, divisé en quatre surfaces. Les écarts entre eux forment une croix. Sous la mezzanine un plafond suspendu avec des bâtons en bois avec l’éclairage. Un décor très modeste était une idée consciente des bâtisseurs de l'Arche du Seigneur.

AUTEL PRINCIPAL
L’autel de l’Arche du Seigneur est un bloc du marbre blanc précieux à rayure verte, découpé selon le projet de l’architecte Wojciech Pietrzyk dans la carrière à Carrary. Situé dans la partie centrale du temple, met en valeur sa beauté naturel et sa forme d’une « main tendue » à plat qui est une invitation à la Table du Seigneur sur laquelle dans le cadre des symboles sacramentelles on rend présent la présence de la Croix. L’autel enferme les reliques de Saint Stanislas BM, et a été consacré pendant la consécration de l’église par le cardinal Karol Wojtyła le 15 mai 1977.

TABERNACLE
Le tabernacle en bronze sous forme d’un globe fait penser à la terre ou à la surface de la lune, vus depuis le cosmos.
La surface inégale, rugueuse scintille avec des cristaux de minéraux divers. Parmi ces minéraux on retrouve la pierre de la lune offerte au cardinal Karol Wojtyła par le pape Paul VI qui l’avait obtenue de l'équipage américain d'Apollo 11. Cette pierre a été offerte par le cardinal Wojtyła à l'Arche du Seigneur. L’auteur de la sculpture est l’artiste Bronisław Chromy. Les cercles en acier entourant le globe du tabernacle représentent le symbole d'un volant de bateau dirigé par Jésus-Christ présent dans le Saint Sacrement.

SCULPTURE DU CHRIST – «DE VIE EN VIE»
À gauche de la nef, sur les poutres croisées soutenant la mezzanine, on retrouve une sculpture suspendue de presque 8 mètre représentant le Christ, créée par Bronisław Chromy de 1977 intitulé « De vie en vie », reconnue comme une des œuvres sacrales les plus spectaculaires de cet artiste.
Le Christ regarde fixement un coin de ciel et la croix de feu qui est née de la division architecturale du plafond en bois, avec une couronne d'épines flottant comme une auréole. Le Christ, encore « cloué » à la terre et les affaires humaines, à tout ce que nous apportons avec nous quand nous venons sous la croix, déjà glorifié, se détache avec tout son corps loin d'eux et nous emmène à la maison du Père avec les mots: « Je suis la Résurrection et la Vie; celui qui croit en moi, bien qu'il meurt vivra » J 11,25. La sculpture en bronze et en dépit de l'impression de légèreté, en raison de fortes surcharges, a été renforcée par une solide structure en acier.

TABLEAU DE NOTRE DAME DE ZBARAŻ
À droite de l'autel, sur la poutre dont l’extension constitue par l’extérieure la cloche, sur deux lignes en acier est suspendu l’image de Notre-Dame Reine de la Pologne, une copie exacte du tableau provenant de l’église des bernardins à Zabraż. Actuellement, l'original est à Prałkowce près de Przemyśl. Le tableau en détrempe sur le panneau de tilleul assemblé en calle est encadré en cadres acier, très lourd (plus de 200 kg). Du côté inverse, ils forment deux couronnes en acier avec l’inscription en bas: AVE MARIA. Sous les couronnes on retrouve deux panneaux avec des figures des enges s’envolant vers le haut qui portent les grâces du Seigneur. En bas, on retrouve les gens avec les mains soulevées pour demander des offrandes du ciel qu’ils reçoivent par l’intermédiaire de la Mère de Dieu. L'image doit faire un rappel du fait que, comme Zbaraż s’était défendue contre l’attaque Cosaque-Tatar, comme Częstochowa n'avait pas plongé dans les vagues du Déluge suédois, ainsi Nowa Huta n'a pas coulé dans les vagues de l'athéisme militant.

CHEMIN DE CROIX DE GALICE
Sur le côté gauche de la nef, sous la mezzanine, sur huit planches, un Chemin de Croix panoramique créé par l'artiste de Cracovie Mariusz Lipiński peint entre 1980-1983. Décrites dans les Évangiles et transmis par la tradition chrétienne les derniers heures de la vie de Jésus-Christ sur la terre ne « se passent » dans la réalité des rues de Jérusalem, mais apparaissent sur l'arrière-plan de la campagne galicienne, dans un climat d'indifférence généralisée et frappant par rapport au drame se déroulant.
L'artiste voulait ainsi dire qu'en tant que nation chrétienne nous avons subi de nombreuses victimes pour sauver l'existence nationale, mais cela ne veut pas dire que, tant dans la dimension sociale et qu’individuelle nous n’avons pas de péchés de négligence et de l'indifférence religieuse... Le Chemin de Croix de Lipiński fait référence aux maîtres de la Renaissance néerlandaise tels que Jérôme Bosch et Pieter Bruegel et représente un chef-d'œuvre artistique de haut de gamme.

ORGUE
Au-dessus de la nef principale de l'église dominent les orgues puissantes qui ont 46 voix et 3356 flûteaux dont le plus important est d'environ de 6 mètres de hauteur. L’orgue se compose de quatre groupes indépendants de sons, allouées entre les trois manuels (clavier manuel) et ce qu’on appelle la pédale (clavier sur lequel l'organiste joue avec les pieds). L'orgue a été construit par un allemand Rudolf von Beckerath Orgelbau de Hambourg. L’orge a été consacrée le 25 Novembre 1979 par le cardinal Franciszek Macharski.

VITRAUX
Le projet des vitraux pour l’Arche du Seigneur a été conçu par l’artiste Jerzy Skąpski pendant les années soixante-dix du siècle précédent à la demande du curé et du constructeur de l’Arche du Seigneur le prêtre Józef Gorzelany et accepté par l’architecte Wojciech Pietrzyk. C’est le prélat Edward Baniak – le curé de la paroisse entre 1995-2017 - qui a entrepris l’exécution de cet investissement. Les vitraux montrent des thèmes bibliques se référant à la symbolique de l'église. L’entrepreneur qui a réalisé les vitraux est l’atelier Testor de Maciej Szwagierczyk de Cracovie. Les vitraux ont été consacrés par le métropolite de Varsovie, le cardinal. Kazimierz Nycz pendant le service religieux de Fatima le 13.10.2016.

CHAPELLE DE RÉCONCILIATION
La chapelle est située sous l'église et on y accède depuis le trottoir de la rue Obrońców Krzyża ou depuis la sacristie. Elle comprend un sas et la chapelle. Son décor évoque les sorts tragiques des Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans le vestibule on retrouve des Pietàs polonais d’Antoni Rząsa. Sur le mur gauche de la chapelle des confessionnaux « montée en rack », à droite le mur en grès se référant par son contenu au « mur de la mort » à Auschwitz.
Près de mur, une sculpture en une attitude non naturel de Saint Maximilian Kolbe « Homme torturé » de l’auteur Antoni Rząsa. Sur la table le tableau de type feretron avec la figure de la Notre-Dame Blindé - une statuette créée des éclats d'armure provenant des corps des soldats blessés qui ont combattu à Monte Cassino, et qui a été faite à Sydney par Eugene Godulski en 1973. La figurine a été consacrée par le cardinal Karol Wojtyła pendant la messe le 8 septembre 1973.
Au centre l'autel, le tabernacle à droite et sur le mur gauche la figure du Christ accroché sur une poutre en bois avec les mains tendues de façon spectaculaire, dans les bras de Marie-Madeleine créée par Antoni Rząsa. Dans la partie sud de la chapelle, en face de l'autel (à gauche de l'entrée), un ruban blanc et rouge entremêlé de la façade symbolisant un lien inséparable du martyre et de la victoire. Derrière le mur, l’orgue de 11 voix de Józef Buła de 1967. La chapelle a été le premier édifice religieux mis à la disposition des fidèles lors de la construction de l'église en décembre 1973. La consécration officielle a eu lieu le 12 avril 1974.

CHAPELLE DE NOTRE-DAME DE FATIMA /GROTTE/
La Chapelle de Notre-Dame de Fatima, autrement Grotte, se trouve du côté droit de l’entrée principale à l’église « sous les cloches ». Sur le côté gauche de la Chapelle, sur le pilier soutenant le chancel de l'autel principal, est exposé une pierre - le don du Pape Paul VI - provenant de la tombe de saint Pierre à Rome et une plaque de verre gravée avec le texte de l'acte de fondation du temple.
Du côté droit séparée par une grille métallique la Grotte avec un autel et la statue de Notre-Dame de Fatima. La statue installée dans le point de contact des parois inclinées adjacentes, avec dans le fond le mandorla doré radial. Couronnée avec des couronnes du pape du 13 septembre 1992. À côté, sur le mur une rose d’or – le don des habitants à l’occasion du 10ème anniversaire du couronnement, et sur la table des reliquaires des Enfants de Fatima, saints Jacinta et François et du saint Jean-Paul II. Sur les parois de la Grotte et sur la marche de l’accoudoir près de la grille et de nombreuse votes et plaques de grâce. Au fond, sur le côté gauche une petite chapelle avec une statue de Notre-Dame de Fatima - Reine des Familles dans la cartouche en verre adapté à la pérégrination.

Pour plus d’informations sur notre église et notre paroisse consultez les brochures et publications que vous pouvez acheter dans le magasin avec les souvenirs près de l’église, à côté de l’autel externe.

Parafia rzymskokatolicka pw. Matki Bożej Królowej Polski
ul. Obrońców Krzyża 1, 31-831 Kraków - Bieńczyce
tel. (+48) 126440624, (+48) 126495225,
Numéro de compte de la paroisse :
37 1020 2906 0000 1202 0086 9321
www.arkapana.pl; e-mail: Ten adres pocztowy jest chroniony przed spamowaniem. Aby go zobaczyć, konieczne jest włączenie w przeglądarce obsługi JavaScript. 

Télécharger

© Parafia Matki Bożej Królowej Polski w Krakowie Bieńczycach. All Rights Reserved.

Polityka prywatnosci | Powered by L.THEME | Patronat: Katolicki.net